L’actualité du Patrimoine

Très diverses sont les personnalités honorées par la réalisation d’un buste

Mgr Enard (1839-1907).

Emile-Christophe Enard, fut archevêque d’Auch durant à peine un an (1906-1907). D’origine Lorraine, mais venant de l’évêché de Cahors, il était déjà malade lorsqu’il prit possession de son siège archiépiscopal. Son arrivée à Auch coïncida avec la mise en application de la Loi de séparation des Eglises et de l’Etat qui le contraignit à céder à l’Etat le palais archiépiscopal, qui devint le siège de la Préfecture du Gers. Ce déménagement éprouvant, le bouleversa tant que sa santé s’altéra gravement et Mgr Enard mourut en mars 1907. Monseigneur Enard eut l’honneur, comme bon nombre d’archevêques, d’être inhumé dans la crypte de la cathédrale d’Auch et il fut réalisé un buste en bronze, œuvre du sculpteur Henri Allouard (1844-1929). Il est toujours visible dans l’enceinte de la Maison diocésaine à Auch.

  Jean David (1832-1885).

Chef de file des Républicains du Gers, il fonda le journal « L’avenir », qui l’aida sans doute, à devenir maire d’Auch. Il occupa cette fonction à trois reprises (1870-1874, 1876-1877 et 1877-1885) et fut également député du Gers. En 1900 sous la municipalité de Paul Destieux-Junca,  fut inauguré un buste réalisé par Antonin Carlès en 1886 et dédié à la veuve du tribun auscitain (voir dédicace gravée sur le monument).

 Saluste du Bartas (1544-1590).

Guillaume Saluste du Bartas, natif de Monfort et proche d’Henri de Navarre,  est surtout connu pour ses talents de poète de langue gasconne. D’ailleurs le buste en marbre, réalisé par Antoine Alos (1913-1980), en 1971, rappelle le titre d’un recueil de poèmes intitulé « La Semaine », qui traite de la création du Monde. Le monument actuel, n’est cependant pas le buste d’origine. Puisque depuis 1890, trônait au même endroit un buste en bronze dû aux ciseaux de Victor Maziès (1836-1895). Hélas, ce monument, voulu par les Félibres et Cigaliers disciples de Frédéric Mistral, disparut durant l’Occupation, car envoyé à la fonte en Allemagne, sur décision de l’Etat Français.

 Jean Géraud Dastros (1594-1648).

Son buste en granit situé au jardin Ortholan, a été réalisé par Antoine Alos en 1957. Admirateur de Saluste du Bartas, Dastros était d’abord un homme d’Eglise puisque vicaire nommé à Saint Clar, sa cité natale. Comme poète, il reçut la protection du duc d’Epernon ; il lui dédia d’ailleurs un recueil intitulé Le chant du Cygne. Son ouvrage poétique le plus fameux demeure Las Quouate Sasous (Les Quatre Saisons). Comme pour le monument dédié à Saluste du Bartas, ce buste de Dastros remplace un autre buste en bronze réalisé par Antonin Carlès et inauguré en 1932.

 Jean Laborde (1805-1878).

Son buste est un peu à l’écart, allées Lagarrasic. Ce monument rappelle la vie pour le moins rocambolesque, d’un Auscitain qui fit « fortune » à Madagascar au service de la reine Ranavalona ; il devint notamment le précepteur du prince héritier. Il introduisit sur l’île avec l’appui de la reine, plusieurs innovations industrielles et agricoles et créa une véritable cité industrielle à Mantasoa. Il favorisa l’élevage et les plantations de caféier, de canne à sucre, de vignes et de mûriers. Il ira même jusqu’à faire venir des bœufs de Normandie et de Bretagne ainsi que des moutons mérinos ! C’est aussi Jean Laborde, qui fit construire pour la famille royale le palais en bois de Tananarive ainsi que plusieurs maisons dont la sienne. Après avoir été nommé par Napoléon III consul de France à Madagascar, il amorça le processus de rattachement de l’île à la France mais mourut en 1878. Jean Laborde repose à Mantasoa. Le monument qui se dresse sur les allées Lagarrasic à Auch, fut réalisé (vers 1912) par un sculpteur Ruthénois, Marc Robert .

Pierre de Montesquiou (1909-1976).

Descendant de l’une des plus illustres familles de Gascogne, Pierre de Montesquiou comme bon nombre de ses ancêtres fit une carrière toute vouée à la politique. Après quelques échecs électoraux dans les années 1930, il parvînt à se faire élire député de la circonscription de Condom-Lectoure en 1958 et fut constamment réélu jusqu’à son décès en 1976. Outre son mandat de député, il occupa le fauteuil de maire de Marsan (1953-1976) mais fut aussi conseiller général du canton de Gimont (1958-1970) puis du canton de Mauvezin (1970-1976). C’est pour commémorer un Gascon, digne héritier des mousquetaires,  que le Conseil Général fit ériger en 1980, dans le parc de la Hourre, un buste en bronze, réalisé par le sculpteur Maggy Bachala.

Le capitaine Jean Danjou (1828-1863).

Ce militaire de carrière, natif de l’Aude, intégra au sortir de l’école militaire de Saint-Cyr la Légion étrangère. C’est dans cette troupe qu’il se distingua par sa bravoure et son panache, durant l’expédition du Mexique. Avec seulement 62 hommes, il tint tête à 2000 Mexicains lors de la bataille de Camerone au cours de laquelle il perdit la vie. Cet officier avait une main articulée, qui fut retrouvée et qui aujourd’hui est exposée au musée de la Légion étrangère à Aubagne. C’est pour honorer ce valeureux capitaine que la ville d’Auch fit réaliser un buste en bronze qui se trouve, fort logiquement, place de la Légion étrangère dans le quartier du Seilhan.

 Rafael Campos Escolano (1951-2012).

D’origine espagnole, il fut l’un des artisans du jumelage de Calatayud et d’Auch et en présida le comité. C’est pour lui rendre hommage que, tout à côté du centre culturel espagnol, fut érigé en 2017 un buste en bronze à son effigie, réalisé par le sculpteur Velasquez Gomez.

 Prosper-Olivier Lissagaray (1838-1901).

Il consacra sa vie à la politique et à la République, qu’il défendit ardemment face à n’importe quel opposant, même les plus virulents, tel son propre cousin Paul de Cassagnac. Son ardeur bouillonnante le fit d’ailleurs surnommer « le Mousquetaire de la Sociale ». Lissagaray mit sa plume au service de ses idées. C’est la Commune de Paris qui le fit connaître grâce à un ouvrage demeuré de référence pour tout historien de la Commune, Histoire de la Commune de 1871. Ouvrage qui lui valut son surnom de « Michelet de la Commune ». Lissagaray, exilé à Londres, eut l’occasion de fréquenter Karl Marx (il était tombé amoureux de sa fille) mais c’est à Paris qu’il mourut dans la première année du XXème siècle. Deux ans plus tard, la municipalité de Jean Pouget, décida d’honorer sa mémoire en faisant réaliser par Jules Desbois (1851-1935) une stèle en pierre placée au Jardin Ortholan.

Les figures allégoriques

 Les statues de la Force et de la Justice ornent le perron du Palais de Justice.

Il s’agit de deux statues commandées au sculpteur Adrien Ferri, fils de Vincent Ferri, lui-même sculpteur. Adrien Ferri a laissé diverses œuvres dans la ville d’Auch, notamment les têtes sculptées des dieux Pan et Bacchus qui agrémentent deux fontaines de l’Escalier monumental. Les statues, érigées en 1874, encadrent la porte monumentale du Palais de Justice; elles représentent la Force, reconnaissable à l’épée, et la Justice qui tient une balance.

La statue de la Patrie (Monument aux morts d’Auch). 

Cette grande statue en bronze qui se dresse au-dessus du Monument aux Morts communal est l’œuvre du sculpteur Gimontois Antonin Carlès. Ce monument recèle une particularité pour le moins surprenante… En effet, en examinant de plus près la statue représentant la Patrie, on peut se rendre compte que la lame de l’épée qu’elle tient, est tordue, et que la hampe du drapeau tricolore est cassée  … Il s’agit certes de deux détails, mais ils révèlent que cette statue est en réalité une réplique d’un monument érigé à Pontoise, en 1909, pour honorer les morts de la guerre franco-prussienne de 1870-1871. Ainsi, le Monument aux Morts d’Auch, qui célèbre la victoire de la France en 1918 est-il doté d’une statue rappelant les morts d’un précédent conflit à l’issue duquel la France fut défaite…                                                                                                  

Quelques personnalités statufiées…

D’Artagnan (1610-1673)

Sa statue trône sur un palier de l’Escalier monumental. Célèbre mousquetaire du roi, il fut immortalisé, chacun le sait, par Alexandre Dumas. Le véritable d’Artagnan servit fidèlement Louis XIV tant sur les champs de bataille que sous les lambris des différentes résidences royales (le Louvre, Fontainebleau ou Saint-Germain-en-Laye). Le Roi-Soleil confia à notre mousquetaire des missions délicates telles l’arrestation du surintendant Fouquet et celle du duc de Lauzun. D’Artagnan s’illustra aussi lors des nombreux conflits armés qui émaillèrent le règne de Louis XIV qui le nomma même gouverneur de la place forte de Lille. C’est d’ailleurs en cette qualité que l’intrépide mousquetaire gascon, participa au siège de Maastricht au cours duquel il perdit la vie. Ce n’est que bien plus tard, que la capitale de la Gascogne, voulut honorer son plus illustre représentant en faisant ériger une statue. Elle est l’œuvre du sculpteur tarbais Firmin Michelet (1875-1951). Elle fut inaugurée en 1931, en présence de Gaston Gérard (secrétaire d’Etat au Tourisme).

Antoine Mégret d’Etigny (1719-1767)

C’est sans nul doute le plus connu des Intendants de l’ancienne généralité d’Auch, de Gascogne et de Navarre. Doté de pouvoirs considérables (police, justice et finances), il laisse à Auch et aux alentours d’importantes réalisations : un réseau routier dont Auch est le noeud (routes de Toulouse à Bayonne et de Tarbes à Agen), l’embellissement de la ville (pavage des rues, création de places et de rues, construction de l’Hôtel de Ville et de l’Hôtel de l’Intendance). Il encouragea l’agriculture et contribua à l’implantation d’une faïencerie; il introduisit aussi à Auch la culture du ver à soie… Célébré et cité en exemple par tous les régimes qui se succédèrent par la suite, c’est tout naturellement qu’une statue en marbre préalablement réalisée par Pierre Vigan (1754-1829), fut inaugurée en 1817.

Villaret de Joyeuse (1747-1812)

Cet Auscitain, ancien élève du lycée d’Auch, fit carrière dans la Marine et se distingua sous tous les régimes politiques : de la Royauté à l’Empire en passant par la République. Tout d’abord, il servit dans la Marine Royale puisqu’il fut l’aide de camp du Bailli de Suffren. Puis, lorsque la Révolution française éclata, lui fut confié le commandement de vaisseaux aux noms éloquents : le Brillant, le Vengeur, ou le Pulvériseur… En 1792, il remporta face aux Anglais la bataille navale d’Ouessant au prix toutefois de la perte de 7 navires et de 7000 hommes. Sa vaillance au combat le fit tant et si bien remarquer qu’il parvint au grade de vice-amiral. Sous l’Empire, il alterna des périodes de grâces et de disgrâces pour être enfin nommé par Napoléon gouverneur de la « Sérénissime » Venise, où il mourut en 1812. La cité d’Auch souhaita lui rendre hommage en faisant appel à un artiste tarbais, issu d’une famille de sculpteurs, Henri Nelli (1834-1903). Ce dernier réalisa en 1884, une statue en marbre, en s’inspirant d’une maquette élaborée par Adrien Ferri en 1855. L’inauguration de cette statue, le 20 juin 1885, donna lieu à un grand rassemblement populaire et républicain voulu par la municipalité de Jean David.

Cependant, il y manque un détail… En effet, le marin Auscitain était originellement représenté tenant dans sa main droite une hache d’abordage. Or le grand amusement des soldats cantonnés dans le quartier de cavalerie voisin de la statue, était de viser à l’aide de frondes, sarbacanes ou autres armes de fortune, la fameuse hache, qui finit par tomber en emportant dans sa chute la main du vice-amiral. Ce n’est que dans les années 1950, que la municipalité d’Auch, sollicita le sculpteur André Tauziède (1912-1991), pour réaliser une nouvelle main, laquelle, après pas mal de déboires, fut de nouveau fixée à l’ensemble du monument.

Le Général Espagne (1769-1809)

Il naquit dans la rue qui porte aujourd’hui son nom. Toute sa vie fut vouée à la cause militaire. Il s’engagea comme volontaire dans l’armée Révolutionnaire, mais c’est sous l’Empire qu’il se distingua au cours des campagnes d’Italie et d’Autriche. Sa bravoure le fit d’ailleurs accéder au grade de général de division, et l’empereur Napoléon en fit même un comte d’Empire en 1808. Son parcours fulgurant au sein de la légendaire Grande Armée s’interrompit brutalement, lorsque, commandant un régiment de cuirassiers, il fut mortellement blessé durant la bataille d’Essling. Il était alors sous les ordres du maréchal Lannes, qui lui aussi mourut lors de cette bataille décidément funeste aux militaires Gersois, tous deux fauchés dans leur quarantième année.

La statue en marbre du Général Espagne fut réalisée par le sculpteur et médailleur Eugène-André Oudiné (1810-1887), en 1842. A l’origine elle était destinée au pont de la Concorde à Paris. Les soubresauts politiques eurent raison de ce projet et la statue échoua dans le dépôt parisien des marbres. Ce n’est qu’en 1884, qu’elle rejoignit Auch pour être érigée, en 1889, sans inauguration ni cérémonie (chose rarissime pour un monument public), devant l’actuelle Maison de Gascogne (ancienne halle aux Grains). Elle fut déplacée, au milieu des années 1970, sur la place Porte-Trompette où elle se trouve toujours. Et ce n’est peut être pas sa dernière destination …

Laurent Marsol

Un peintre méconnu : Augustin Lagarde

S’il est un artiste aujourd’hui oublié à Auch, c’est bien Augustin Lagarde (1769-1835). Et pourtant maintes églises du Gers, jusqu’à la cathédrale d’Auch, recèlent des tableaux de ce peintre Agenais…

Professeur de dessin à l’école des Arts d’Auch.

Si Augustin Lagarde naquit à Agen, en 1769, il fut très vite attiré par la capitale de la Gascogne où avait été créée dès 1781 une école de dessin. Cette école devint en 1785, Ecole royale des Arts, et eut comme professeurs dès son ouverture, le peintre Jean-Baptiste Lartet (premier conservateur du musée d’Auch), le sculpteur Garnier et l’architecte Guillaume-Théodore Chaubard. Plus tard, cette même école put se targuer d’avoir comme enseignants de talent, outre Augustin Lagarde, les peintres Gabriel Lettu, Vincent Ginovez et Gustave de Lassale-Bordes, ainsi que le sculpteur Vincent Ferri et l’architecte Jean-Baptiste Lodoyer.

Un peintre d’église du diocèse d’Auch. 

Le jeune Augustin Lagarde dispensa des cours de dessin au sein de l’école des Arts d’Auch jusqu’en 1793, date à laquelle il se mit à son compte, c’est à dire, que l’atelier qu’il fonda n’œuvra plus que pour répondre à des commandes. Celles-ci émanaient essentiellement, si ce n’est exclusivement, des paroisses du diocèse d’Auch. Ainsi, si aujourd’hui, on visite les églises de Lourties-Monbrun, de Boucagnères, de Lasseube-Propre, de Castin, de Pellefigue, de Mérens, de Nougaroulet ou de Pavie, on tombe inévitablement sur un ou plusieurs tableaux signés d’Augustin Lagarde.

Toutes ces toiles sont bien entendu d’inspiration religieuse, avec une prédilection pour la représentation de la Crucifixion. Aucune autre toile n’ayant été retrouvée, on ne peut dire s’il a aussi réalisé des portraits ou a représenté des paysages ou des scènes de genre. Il est en tout cas certain que durant la première moitié du XIXème siècle, Augustin Lagarde était l’un des artistes incontournables d’Auch. Son atelier, qui lui servait de logis, se situait rue Montebello, dans le quartier Saint-Pierre, à Auch. Il lui arrivait d’ailleurs de signer ses œuvres, Lagarde peintre à Auch, quartier St Pierre. Se situant dans la lignée de Le Sueur, Le Brun, Mignard et Poussin, ses toiles sont de style classique : scène principale au premier plan et paysage tenant lieu de fond à l’arrière-plan.

Les tableaux de la cathédrale d’Auch.

S’il est des œuvres d’Augustin Lagarde qui méritent d’être mises en exergue, ce sont sans doute celles qui se trouvent en la cathédrale Sainte Marie. Elles y figurent en bonne compagnie avec les toiles de Jacob et Jean-Baptiste Smets. Conscient qu’il s’agit d’un sanctuaire marial, Augustin Lagarde s’est largement inspiré de la vie de Sainte Marie. On peut effectivement y reconnaître une Vierge de l’Apocalypse, la Présentation de la Vierge au Temple, le Mariage de la Vierge et de Saint Joseph mais on y trouve aussi une Pentecôte (d’après Le Brun) et les Âmes du Purgatoire. Tous ces tableaux ont été réalisés entre 1805 et 1809, période qui est l’apogée de la carrière d’Augustin Lagarde.

Il faut se rappeler qu’en ces premières années du XIXème siècle, la cathédrale d’Auch était « déclassée ». En effet, depuis le Concordat de 1801, Auch n’était plus le siège d’un archevêché ou même d’un évêché ; ce siège avait été déplacé à Agen (ce n’est qu’en 1823 qu’Auch redevint un archevêché). Ce n’est donc pas un Archevêque d’Auch qui fut le commanditaire du peintre Lagarde, mais un curé de la paroisse Sainte-Marie d’Auch. Et ce fut pour un autre curé, cette fois-ci de la paroisse voisine de Saint-Orens, qu’il réalisa un tableau (aujourd’hui disparu), représentant la Mort du Chrétien. Il aurait été fort intéressant de découvrir comment cet artiste « classique » a pu représenter une scène si peu commune dans les églises gersoises …

Une vie toute entière consacrée à l’art et pourtant bien peu gratifiante. 

A défaut d’une vie de famille véritable, Augustin Lagarde n’eut de cesse que de taquiner la Muse. Outre la peinture, l’artiste laisse quelques vers, usant à cette occasion d’un ton pour le moins galant. Mais c’est finalement seul, dans l’indigence et dans l’oubli, qu’il mourut en 1835, à l’hôpital d’Auch (ancien hôpital Pasteur). Il fut inhumé au cimetière mais on ignore où sa tombe peut se trouver (si elle s’y trouve encore).

Mais comme pour tout artiste, il reste, d’Augustin Lagarde, son œuvre constituée de tableaux ornant les murs d’églises du Gers. Alors n’hésitez pas à vous rendre dans ces églises ou dans la cathédrale d’Auch, afin de découvrir ses toiles qui témoignent d’un véritable talent.

Laurent Marsol

L’actualité du Patrimoine en ce mois de juillet 2019 

Les « lions » des allées d’Etigny enfin restaurés !

Il s’agissait d’une demande ancienne de notre association. Les « lions » qui encadrent la statue de l’Intendant d’Etigny viennent d’être déposés. Un moulage va être effectué et une nouvelle sculpture – en grès plus résistant que le calcaire d’Auch – réalisée. Le retour est prévu pour 2020. Et si on profitait de ce délai pour restaurer le socle de la statue de l’Intendant … Il faut actuellement les yeux de la foi pour déchiffrer les inscriptions qui y figurent.

L’escalier de la « Maison Henri IV » détruit par un incendie

C’est la mauvaise nouvelle du mois : le feu a pris dans ce superbe escalier. Et peu importe de savoir si Henri IV a réellement séjourné dans cette maison, c’est un élément majeur du patrimoine auscitain qui est endommagé. Fort heureusement, on ne déplore aucune victime même si deux policiers ont, semble-t-il, été incommodés par les fumées. A cette heure, on ignore l’étendue des dégâts et les mesures envisagées pour la sauvegarde de ce magnifique témoignage de l’architecture du XVIème siècle. Affaire à suivre !

Michel Douste-Bacqué

Du nouveau au Musée des Jacobins !

Notre Association vient d’acquérir, pour le compte du Musée des Jacobins, deux pièces d’orfèvrerie. Il s’agit de couverts en argent massif du XVIIIème siècle, attribués à Jean AFFRE. Ils viendront compléter l’huilier du même orfèvre que possède déjà le Musée. Notre Association a participé à cet achat, à hauteur de 200€.

Michel Douste-Bacqué

L’actualité du Patrimoine en ce mois d’avril 2019

Le travail d’embellissement des allées d’Etigny se poursuit avec la restauration des balustrades situées du côté des allées Baylac. Mais ce n’est qu’un début car par la suite les murs de soutènement,  l’escalier, les  fontaines et les statues  subiront le même sort. Tous ces travaux seront étalés sur trois ans (2020 – 2022 ). Vaste chantier en perspective avant que nos allées d’Etigny retrouvent leur lustre d’antan.

Beaucoup de mouvements aussi sur le chantier de l’ancien Collège Sadi Carnot. Après les bâtiments, ce sont des travaux de voirie qui ont été engagés. Mais des fouilles seront-elles entreprises ? Rien n’est moins sûr même si a été découvert un peu par hasard un énigmatique chapiteau … Dommage ! Et quelle sera la destination de la partie ancienne ? Croisons les doigts pour qu’elle soit sauvegardée. Affaire à suivre…

Un peu plus loin sur ce Boulevard Sadi Carnot, un hôtel particulier est en cours de restauration. C’est un bel édifice qui avait bien besoin d’une restauration. La façade est couverte d’échafaudages. Mais l’intérieur du bâtiment a-t-il aussi fait l’objet de travaux ? Et quelle sera la destination de ce bel hôtel particulier ?

Les travaux semblent avoir repris dans la maison Barthélémy située rue Gambetta. Le portail d’entrée a été détruit mais devrait être reconstruit à l’identique. Pour le reste, on ne sait pas grand chose …

                                                 Fabienne Escalé et Jean Claude Chazottes

Le jardin du centre Cuzin méconnaissable !

Une partie du jardin est maintenant terminée.Certes, les plantes sont encore un peu maigrichonnes  mais la partie haute du jardin a  tout de même fière allure avec son petit ruisseau, ses rocailles et son mobilier identique à celui de l’Escalier monumental. Bref un endroit apaisant où il fait bon se reposer. A découvrir de toute urgence sans attendre la fin des travaux qui verront la réalisation d’un « jardin sec » en contrebas.

La réhabilitation de l’ancien Collège Sadi Carnot avance 

Ce n’est guère visible de l’extérieur, ce qui ne veut pas dire que le chantier est au point mort, loin s’en faut. On peut toutefois avoir une idée de l’état d’achèvement futur des bâtiments puisqu’une partie de l’ancien collège a déjà fait l’objet d’une réhabilitation complète. Elle abrite les salles de formation de la Chambre de Commerce et d’Industrie. L’entrée se situe rue Diderot (on ne peut pas la manquer !), mais une façade est aussi visible depuis la cour intérieure. Le tout paraît bien réussi

Auch se souvient des inondations de 1977 …

Une plaque a, dans les années 1990, été apposée à l’angle de la rue de la Somme. Elle rappelle les tragiques inondations de juillet 1977 et les victimes qu’elles firent. Notre Association, reprenant les remarques faites par certains visiteurs lors de l’exposition de 2017, avait suggéré l’apposition d’une telle plaque à un endroit plus visible, le Centre Saint Pierre proche du monument de Jaume Plensa. Dommage qu’elle n’ait pas été entendue …

Un intendant oublié :  Michel Gervais Robert de Pommereu

La récente visite des « Amis du Vieil Auch et Alentours » dans la Cathédrale a permis de sortir de l’oubli cet intendant qui n’a certes pas la notoriété d’Antoine Mégret d’Etigny mais qui, comme lui, eut la volonté de transférer à Auch le siège de la Généralité. Il mourut d’ailleurs à Auch en 1734 et fut inhumé dans la Cathédrale.

Au début du XXème siècle, à l’initiative de Philippe Lauzun, président de la Société Archéologique, un monument fut érigé à sa mémoire en remplacement de la stèle du XVIIIème siècle. Cette dernière fut transféré au Musée, alors situé au Centre Cuzin … où elle demeure encore. Elle n’a en effet jamais été déménagée, avec le reste des collections, au Musée des Jacobins et est restée, oubliée de tous dans un coin du centre Cuzin. Il y a là une stèle en assez mauvais état, il faut bien le dire, et un buste qui n’ont rien à faire dans une salle de spectacle.

Ne pourrait-on envisager le transfert de ce monument dans le Musée des Jacobins réaménagé ou encore dans la Cathédrale, à côté de la stèle moderne ? La question mérite au moins d’être posée.

Auch avant l’escalier monumental

Un de nos adhérents, Louis Daney de Marcillac, est en possession d’une aquarelle exécutée par Paul Martin (1830-1903), dont il a bien voulu nous transmettre une photo. Elle représente Auch en 1858, c’est à dire avant la construction de l’escalier monumental. On y distingue ce qui semble être les bâtiments qui s’élevaient sur l’actuelle place Salinis. Cette oeuvre complète fort opportunément le tableau de Jules Guédy, présenté aux Amis du Vieil Auch et Alentours lors de leur rencontre avec M. Ferrer-Jolly.

Un grand merci à M. de Marcillac pour sa contribution à une meilleure connaissance de l’histoire de notre cité.

Une Domus antique découverte à Auch

Fort opportunément située rue Augusta, elle a été occupée du IIème au IVème siècle de notre ère et avait probablement une superficie de plusieurs centaines de m². Elle était dotée de thermes privés ce qui dénote l’importance de son propriétaire. Ou plutôt de ses propriétaires car l’habitation a fait l’objet de plusieurs transformations. Ainsi des pièces ont changé d’affectation et on y a trouvé des mosaïques superposées d’époques différentes. Ce sont ces mosaïques qui font toute la valeur de cette découverte. Elles reprennent des motifs géométriques ou floraux ; et il n’y a pas de représentation de scènes de la vie courante ou de personnages. Ces mosaïques vont être déposées et vont rejoindre la capitale régionale où elles feront l’objet d’une restauration (si des crédits sont dégagés pour cela !) Et après ? Espérons qu’elles reviendront à Auch, au Musée des Jacobins …

Le Musée des Jacobins enrichit ses collections

Il vient en effet d’acquérir un nouveau tableau de Gustave Lassalle Bordes (1815 – 1886). Il s’agit d’une « nature morte au gibier ». Lassalle Bordes a été un proche collaborateur d’Eugène Delacroix; à ce titre il a notamment participé à la décoration des bibliothèques de l’Assemblée Nationale et du Sénat. Brouillé avec Delacroix, Lassalle Bordes revint à Auch. C’est là qu’il réalisa une grande partie de son œuvre. On lui doit, notamment, même s’il s’agit sans doute d’une commande « alimentaire », quelques uns des tableaux qui ornent la Salle des Illustres de l’Hôtel de Ville d’Auch.

L’association « Les Amis du Vieil Auch et Alentours » a contribué à hauteur de 300 € à l’achat par le Musée des Jacobins de ce tableau. L’un des objectifs de notre Association est en effet de « prendre et encourager toutes les initiatives visant au développement du Musée des Jacobins et à l’enrichissement de ses collections ». L’octroi de cette aide de 300 € répond parfaitement à cet objectif.

Découverte du château de la Testère

Qui ne connait le château de la Testère, situé en surplomb de la Nationale 21 peu après Preignan ? Il est, en effet, impossible de ne pas remarquer cette belle bâtisse qui, malgré les outrages du temps, conserve fière allure. Le nouveau propriétaire des lieux, M. Arbaud, a entrepris d’importants travaux et, en ce mercredi 19 août, il avait ouvert les portes de son domaine aux Amis du Vieil Auch. Certes, beaucoup reste à faire avant une éventuelle ouverture au public mais la visite a permis aux participants de bien appréhender ce qui fait l’originalité du château de la Testère : la juxtaposition dans un ensemble harmonieux de deux styles, celui du XVIIIème siècle et celui du XIXème siècle.

Le château a, en effet, connu bien des vicissitudes. Après avoir entièrement brûlé, il est reconstruit, à la fin du XVIIIème siècle par

Le château de La Testère

son propriétaire de l’époque, Jean Joseph de Filhol, qui s’était auto-proclamé seigneur de Gaudoux. Subsistent de cette époque, la belle façade Sud avec son avant-corps central (malgré quelques ajouts contestables au siècle suivant) et l’escalier d’honneur intérieur. En 1837, le marquis de Carcado-Molac, ne trouvant sans doute pas la demeure à son goût, fait effectuer d’importants travaux. On lui doit notamment le portique d’entrée et les ailes du château. Les propriétaires suivants, M. et Mme Josserand, complèteront ces travaux en faisant réaliser les tourelles de la façade, le toit en ardoise ainsi que la chapelle.

Ainsi, le château de la Testère permet-il d’imaginer à la fois ce que pouvaient être une demeure aristocratique du XVIIIème siècle et la résidence d’une grande famille sous le Second Empire. C’est là tout ce qui fait son charme.